Semaine québécoise des familles : Ça a changé quoi au bureau?

2 minutes à lire
Conseils

Image
Selon les dernières statistiques, près de 38 000 femmes et hommes deviennent parents pour la première fois chaque année au Québec. Alors que pour la majorité des familles les deux conjoints travaillent, la conciliation travail-famille constitue un enjeu de taille pour les parents comme pour les entreprises.

Plusieurs employeurs québécois, surtout de grandes entreprises, se sont déjà dotées de mesures et de politiques pour mieux répondre aux besoins de leurs employés.

Mais les préoccupations entourant la gestion des priorités familiales en milieu de travail demeurent aussi une question sensible, ici comme ailleurs dans le monde. Un article publié cette semaine dans recruteur.careerbuilder.fr fait le point sur la situation et les avantages pour les entreprises de prendre le virage famille. Gros plan sur des observations qui concernent aussi les entreprises d’ici :

Un fragile équilibre

Pour beaucoup de familles encore en 2016, les mesures favorisant l’équilibre travail-famille demeurent, dans les faits, plus une aspiration qu’une réalité. La situation économique, l’augmentation du coût de la vie, le travail précaire et les craintes liées à la sécurité d’emploi sont autant de facteurs qui régissent le quotidien et qui fragilisent la conciliation boulot-marmots.

Penser famille pour garder ses employés

Les petites comme les grandes entreprises doivent se rendre à l’évidence, le monde du travail change et les conditions pour attirer et retenir les bons employés évoluent aussi.

Un bon salaire, des avantages sociaux et les primes au rendement ne sont désormais plus les seuls incitatifs

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter