Comment démasquer ces 3 menteurs en entrevue

3 minutes à lire
Recrutement

Image
Il y a ceux qui atténuent leurs mauvais coups et mettent en avant plan leurs succès. Normal quand on veut se vendre! Il y a aussi ceux qui s’approprient les réalisations des autres et qui sont de fieffés menteurs. Voici quoi faire avec eux.

Les recruteurs le savent : plusieurs personnes enjolivent leur CV. Si certains ont de bonnes raisons de le faire, comme de dissimuler un emploi où des conflits de personnalités ont mené au renvoi, certains inventent des diplômes, des expériences, des compétences et des réussites. Ce ne sont pas de petits oublis bénins. Non. Ces personnes sont de réels menteurs. Cela dit… les gens mentent souvent bien mal. Jobboom présente quelques types de mensonges et des moyens pour les découvrir.

 

Le mensonge du conquérant. Le conquérant veut vous en mettre plein la vue dans le but de vous convaincre. Il parle fort, il est calme et ferme. Il semble sûr de lui. Il parle avec ses mains, ses bras prennent l’espace. Assis, enraciné, il semble très à l’écoute. Il contrôle tous les aspects de son corps.

Seulement voici : il n’est pas lui-même puisqu’il joue un rôle. Vous arriverez à le remarquer en posant des questions banales et simples sur des sujets du quotidien n’ayant pas de lien avec le poste. Analysez ses réactions, sa voix, sa gestuelle, la position de son corps. Si vous êtes face à un menteur, vous remarquerez de grandes différences sur ces points quand il parle du quotidien et quand il répond aux questions sur le poste. Amusez-vous à mesurer ces fluctuations. Si vous flairez un menteur, poussez votre enquête plus loin. S’il se sent découvert, il jouera le tout pour le tout et deviendra insistant.

 

Le mensonge du petit vigilant. Le petit vigilant est tout à l’opposé du conquérant. C’est aux questions banales qu’il

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter