Les 4 mensonges vedettes des candidats!

3 minutes à lire
Recrutement

Image
Les recruteurs en entendent des vertes et des pas mûres. Pour décrocher un poste, certains candidats sont prêts à barbouiller la vérité. Si toute vérité n’est pas bonne à dire, tout mensonge n’est pas bon, non plus, à raconter...

Les petits mensonges blancs, qui ne portent pas à conséquence, passe encore, mais certains mensonges peuvent mettre un candidat dans un joli pétrin. Voici, glanées sur le site du journal Métro, les 4 mensonges les plus souvent entendues par les recruteurs, et les suggestions de l’une d’entre eux pour mieux maquiller la vérité.

« Le poste m’intéresse beaucoup! »

Ça arrive souvent. Les candidats envoient leur CV à tout hasard, sans trop réfléchir. Surpris et flattés d’être retenus, ils avancent dans le processus d’embauche sans dire qu’au fond le poste ne les intéresse pas. C’est une mauvaise idée parce que ça fait perdre le temps de tout le monde. « Si un candidat n’est pas certain de son intérêt, il peut simplement dire qu’il prendra le temps d’y réfléchir et recontacter l’employeur avec sa réponse un peu plus tard », conseille Marie Nolwenn Trillot, présidente de la firme de recrutement Totem.

« C’était la fin de mon contrat. »

C’est vrai que ce n’est pas facile de dire qu’on a été remercié ou qu’il régnait une ambiance si toxique dans l’entreprise où on travaillait qu’il a fallu démissionner ou qu’il n’y avait aucune possibilité d’avancement dans notre ancien emploi. C’est vrai, mais ce n’est pas une assez bonne raison pour déguiser une mise à pied en fin d’un contrat. Tôt ou tard, le recruteur s’en rendra compte, soit par l’entremise d’un contact, soit en vérifiant les références. Marie Nolwenn Trillot conseille de plutôt dire la vérité avec honnêteté et le plus de positivisme possible.

« Je suis une pro de la

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter