Le job hopping, une nouvelle tendance sur le marché de l’emploi?

5 minutes à lire
Ressources humaines

Image
Les jeunes changeraient d’emploi en moyenne trois fois en cinq ans…. Aux employeurs de s’adapter, dit notre chroniqueuse…

La génération Y a apporté avec elle un nouveau phénomène : le job hopping. Cette nouvelle tendance va à l’encontre de ce que la grande majorité des entreprises ont connu jusqu’à maintenant, soit l’époque où les travailleurs demeuraient fidèles à leur employeur pendant toute leur vie professionnelle. Les milléniaux peuvent changer d’emploi à un rythme effarant, parfois tous les deux ans.

Une tendance qui s’accélère

Le job hopping peut s’avérer déstabilisant pour les employeurs mal outillés au chapitre des ressources humaines. Le recrutement fréquent et rapide de nouveaux effectifs est coûteux tant au niveau du temps que des sommes qui y sont consacrés.

Pourtant, selon un sondage effectué par Linkedin, il y a deux ans, cette tendance s’accentuera dans un avenir rapproché. Il appert qu’au cours des deux dernières décennies, le nombre d’emplois occupés dans des entreprises différentes par les jeunes diplômés a doublé en cinq ans. Un diplômé changerait d’emploi en moyenne trois fois en cinq ans.

Nouvelles générations, nouvelles mœurs

L’arrivée de la génération Y et des milléniaux a, en quelque sorte, bouleversé la stabilité du monde du travail. Les milléniaux ont bien compris que la mobilité s’avère un atout et qu’elle permet un développement accéléré de leur carrière et de leurs conditions salariales. De plus, en raison du départ massif des babyboomers du marché de l’emploi, il y a davantage d’emplois disponibles que de salariés dans plusieurs domaines. Ils peuvent donc se permettre d’être plus sélectifs.

Des avantages pour les travailleurs

Si le job hopping peut s’avérer néfaste pour plusieurs entreprises, en particulier celles de petite taille, il semble bénéfique aux employés, et ce, pour plusieurs raisons.

Hausse rapide du revenu

Un changement de travail peut parfois rapporter une hausse salariale avoisinant 25 %, ce qui est nettement plus avantageux que les ajustements au coût de la vie tournant aux alentours de 2,5 % offerts en demeurant chez le même employeur.

Développement accéléré de l’expérience et des compétences

Les fréquents changements d’emploi permettent de développer rapidement les compétences des employés puisque la majorité des connaissances sont acquises au cours des deux premières années en emploi pour le compte d’une même organisation. Au-delà de cette période, la majorité des connaissances acquises stagnent et peu de développement est possible.

Un meilleur pouvoir de négociation

Dans les domaines où les offres d’emplois sont nombreuses, les chercheurs d’emploi jouissent d’un meilleur pouvoir de négociation que celui des générations précédentes. Puisque les employeurs souhaitent attirer et retenir les meilleurs talents, les conditions de travail s’avèrent à l’avantage des chercheurs d’emploi. Il leur est plus aisé de négocier des vacances additionnelles, du télétravail ainsi que le remboursement de frais de formation, par exemple.

Un parcours professionnel impressionnant

En comparant le CV de deux employés comptant le même nombre d’années d’expérience, le job hopper bénéficie d’un CV plus impressionnant et démontrant une meilleure expérience que celui qui a travaillé pour la même entreprise plusieurs années.

Toutefois, certains employeurs risquent de voir le job hopping d’un mauvais œil, surtout les recruteurs issus de l’ancienne génération ou qui n’ont pas su s’adapter aux nouvelles tendances. En général, les gens ayant occupé plusieurs postes développent des compétences plus vastes et s’adaptent plus facilement que ceux qui demeurent au sein d’une même entreprise à long terme. Ils sont aussi mieux outillés fa

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter